Idrogen & l'eau hydrogénée

L'eau la plus antioxydante au monde pour lutter contre les radicaux libres
et le stress oxydatif.
Un pH respecté, au contraire des eaux ionisées de type Kangen,
pour une consommation sans risque.

PRODUCTION DE DIHYDROGENE H2 MOLECULAIRE DISSOUS
APPAREIL DE 3EME GENERATION COMPACT ET ECONOMIQUE

EN EXCLUSIVITE SUISSE !

"L´hydrogène est le carburant de la vie"
(Dr Albert Szent-Györgyi, lauréat du prix Nobel de médecine)

Attention aux appareils bas de gamme: beaucoup de bêtises sur l'hydrogène, voir vidéo
Idrogen est le seul appareil dont l'efficacité a été scientifiquement prouvée

L'eau hydrogénée en bref     L'appareil de 3ème génération Idrogen
Les radicaux libres et le stress oxydatif
Principes, mesures BEV et intérêt de l'eau hydrogénée     Quelques témoignages
Quelques études scientifiques     ► Effets sur la santé et expertise scientifique du Pr. Marc Henry
 

 

L'essentiel en quelques mots...

NOTATION TECHNOLOGIE LIVRE LA QUALITE DE L'EAU

Filtration Minéralisation Dynamisation Santé Ecologie Coût Usage Note
non /
eau déjà propre
+++
Hydrogène Actif
+++
antioxydant
++ ++ +
portable
11

NOTATION QUALITE DE L'EAU OBTENUE : 18,6/20
(avec osmoseur au préalable)
(eau adoucie au sel -20/20, eau chlorée du robinet -12,9/20)

Fiche technologie pdf

Objectif ?
  Créer en 5 minutes l'eau la plus antioxydante au monde
Comment ? Appareil de 3ème génération avec membrane et batterie lithium
Valeur ajoutée ? Compacité, praticité, rapidité et efficacité
Tarif ?  CHF 580.- ou 499 euros
En complément de ?  Osmose inverse pour eau faiblement minéralisée + Gourde Lagoena
Produits similaires ?  Oli-dyn pour la production d'oligo-éléments

Cet appareil peut être intégré à une approche "nec plus ultra" :
Idrogen + Fontaine Iona ou Osmoseur polyvalent + Douche

Filtration Minéralisation Dynamisation Santé Ecologie Coût Usage Note
+++ + +++
Hydrogène Actif
+++
antioxydant
++ + ++
Douche
15

 

 

L'eau hydrogénée en bref


L'hydrogène est l'atome le plus simple, constituant de 92% de l'ensemble des atomes et 70% de la masse de l'univers, formé d'un seul proton électropositif et entouré d'un électron électronégatif tournant autour à la vitesse de la lumière. Sans hydrogène, pas de vie ou de matière !

L’eau hydrogénée a été conçue au Japon et en Corée du Sud où ses propriétés antioxydantes (lutte contre les radicaux libres responsables du vieillissement) sont utilisées pour soigner ou soulager de nombreuses pathologies tout en renforçant le système immunitaire.

Il ne s'agit toutefois pas de confondre l'eau hydrogénée à base de dihydrogène actif (H2) générant une puissante énergie électrique (davantage d'électrons) avec les eaux ionisées alcalines qui, en modifiant le pH de façon radicale et selon la Bioélectronique de Vincent (BEV), placent l'eau sur le terrain des bactéries. L'eau hydrogénée au contraire respecte le pH.

L'eau hydrogénée se distingue par un potentiel redox (E) ou "potentiel d'oxydo-réduction" (ORP) très bas, de -200mV à -640mV selon les appareils ce qui en fait l'un des produits réducteur antioxydant le plus puissant au monde.

Traduit en redox, hydrogène relatif ou potentiel électronique rH2 selon la formule rH2 = 33,8 x ORP (en volt) + 2pH (pour une eau à 25°C) on obtient des valeurs inférieures à 10 ce qui correspond aux valeurs des meilleurs aliments de la santé et de la vitalité (produits lacto-fermentés, fruits et légumes bio, graines germées, algues, etc).

Le dihydrogène moléculaire est polyvalent mais sélectif: il ne touche pas aux dérivés réactifs de l'oxygène (DRO) inoffensifs mais élimine les DRO toxiques à savoir les radicaux hydroxyles en se transformant immédiatement en eau à leur contact (phénomène que l'on appelle "réduction"). Il n'y a ainsi aucun risque ou danger.

Le dihydrogène moléculaire se diffuse avec un effet tropisme dans tout le corps à grande vitesse et, contrairement à d'autres antioxydants (vitamine E, coenzymes Q10) est capable de pénétrer la membrane cellulaire (constituée de lipides) pour atteindre jusqu'au cœur des cellules. La sensation d'hydratation et d'énergie ressentie est en effet remarquable.

Cette eau très spécifique n'a pas vocation à remplacer l'eau de consommation courante (correctement filtrée et dynamisée) mais à s'y rajouter en tant qu'eau thérapeutique. Aucun effet secondaire n'a toutefois été documenté, même à des doses plus importantes.

 

 

Notre appareil de 3ème génération!

IDROGEN - EXCLUSIVITE SUISSE!

 

La référence rapport qualité-prix avec un encombrement minimal ! S'adapte à la plupart des bouteilles mais aussi aux gourdes dynamisantes 0,5 ou 0,7 litres.

Volume: selon la bouteille utilisée (petite bouteille conseillée)
Densité de dihydrogène H2: 1.2 ppm max. (1200 ppb)
ORP: environ -468 mV (moyenne des mesures)
Temps: 5 minutes seulement !
pH respecté
Nouvelle technologie par membrane (et non seules électrodes)
Batterie lithium rechargeable pour usage nomade.
Consommation: 10 W (fonctionnement) et 8.4W en charge
Voltage : 100 – 240V, 50/60 Hz
Dimension: 7.2 x 10,3 cm, 300 grammes seulement !
Garantie 2 ans.

Nouveau modèle avec prise USB (mais plus de chargeur universel fourni).

Requiert de l'eau propre faiblement minéralisée: eau de source ou eau osmosée (maximum 150 mg / l.)

Présentations Vidéo:  1'37 ou 9'03 ou tests

CHF 580.-
499 euros

CHF 39.-
0,5 litre

 

Attention aux appareils bas de gamme, notamment chinois:
beaucoup de bêtises sur l'hydrogène,
voir vidéo de notre ami Stéphane Dumortier

 

"[...] Attention aux fraudes! Le fait, que la majorité du monde scientifique n'utilise pas la notion du rH2 ouvre la voie aux fraudes en matière de compléments alimentaires ou médicaments vendus pour « stopper les radicaux libres ». En effet, n'importe quel produit basique dissous dans l'eau en abaisse l'ORP; ce fait mène alors à une interprétation que l'eau est un milieu où les radicaux libres seraient « neutralisés ». En réalité, l'adjonction d'une base, en augmentant le pH, entraîne une diminution de l'ORP, sans modifier les propriétés redox. L'adjonction d'un réducteur, qui abaisse le rH2, n'implique pas encore une lutte efficace contre les radicaux libres. S'il en était ainsi, n'importe quel vin serait un médicament contre les radicaux libres.  [...]" 

(Site de référence Eautarcie basé sur les travaux du bioélectronicien Joseph Országh)

 

 

 

Radicaux Libre et Stress Oxydatif


Qui dit respiration dit production de radicaux libre et donc vieillissement de l'organisme. On n'y peut rien, c'est comme ça: la vie entraîne la mort après un certain laps de temps de respiration... Voir mon site www.purair.ch

Pour faire simple, un radical est un atome ou une molécule qui a gagné ou perdu un électron. La présence d'un électron célibataire - non apparié - induit un dérèglements de son champ magnétique et confère à ces radicaux une grande instabilité.

Dans le cas de la respiration, la molécule de dioxygène gagne un électron et, avec un tel nombre impair, devient un radical superoxyde instable cherchant par tous les moyens à capter ou à céder un électron avec une autre molécule, la déséquilibrant à son tour. On parle alors de "radical libre" ou plus doctement de "radicaux oxygénés libres" ou en anglais de ROS pour "Reactive Oxygen Species".

La création de radicaux libres est naturelle pour tout organisme vivant en aérobie puisque toutes les réactions chimiques utilisent l'oxygène qui, contrairement à son nom, n'est donc pas acidifiant mais oxydant. Via l'oxygène, l'organisme vit et rouille progressivement, à l'instar du métal abandonné à l'air libre...

La nature fait toutefois bien les choses et notre organisme dispose de toute une panoplie d'antioxydants afin de lutter contre le phénomène : certains sont produits par l'organisme (enzymes, glutathion réduit, acide urique, acide lipoïque, ferritine,...) mais d'autres (vitamine E, vitamine C, caroténoïdes, polyphénols,...) proviennent de notre alimentation non industrielle, riche en légumes et en fruits frais (de couleurs variés), en huiles végétales biologiques et poissons gras (Omégas 3) et autres thés vert... Voir mon site Nutriwell

L'eau hydrogénée offre désormais un autre angle d'attaque avec des capacités antioxydantes équivalentes voire supérieurs aux meilleurs aliments de la vitalité ! Elle offre en effet une grande polyvalence, est sélective et capable de pénétrer au cœur de la cellule.

 

 

Et nous avons bien besoin parce que notre hygiène de vie délétère à base de pollutions intérieures et extérieures, de malbouffe, de barbecue (viande carbonisée), d'exposition prolongée au soleil (rayons UV), de produits industriels chargés en nanoparticules, de médicaments allopathiques, de sport intensif (au contraire du sport modéré) ou de sédentarité, d'interventions chirurgicales et de stress - sans parler de l'alcoolisme ou du tabagisme - a malheureusement tendance à multiplier les radicaux libres.

Cette surproduction de radicaux libres par rapport à nos défenses est communément appelée stress oxydant ou stress oxydatif. Les radicaux libres vont peroxyder les lipides insaturés qui composent les structures membranaires de la cellule avec le risque de provoquer des lésions au niveau de l'ADN des cellules voire de les tuer. L'organisme doit alors la remplacer en activant ses cellules souches, risque de cancérisation et de vieillissement accéléré de l'organisme à la clé, les cellules souches ne pouvant éternellement se multiplier (limite de Hayflick selon laquelle les cellules ne peuvent se diviser qu'une cinquantaine de fois avant de mourir).

 

Au final, avec le temps, nos défenses s'affaiblissent et les radicaux oxygénés libres (de faire ce qu'ils veulent) attaquent les membranes des cellules de la peau et dégradent le collagène. Des rides et des tâches apparaissent. Pour le respect de sa peau, voir également la douche géothermale.

Le lien entre radicaux libres et le vieillissement fut proposé par le chimiste, biologiste et médecin gérontologue américain Denham Harman dès 1956.  Il travailla ensuite sur les antioxydants (vitamines C, E, bêta carotène) et leur rôle dans la prévention de certaines maladies du cœur et des cancers.


D. Harman
(1916-2014)

Les radicaux libres sont également impliqués dans de nombreuses maladies telles que la cataracte, l’arthrite, les maladies cardio-vasculaires, les maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson) ou les cancers. Toute maladie chronique entrainera en outre la surproduction de radicaux libres, ne serait-ce que via la fatigue et le stress induits ou la prise de médicaments allopathiques, fragilisant toujours davantage notre système immunitaire...

 

Il ne s'agit toutefois pas d'une fatalité. Le Dr. Alexis Carrel, prix Nobel de médecine en 1912, réussit ainsi à faire vivre in vitro un cœur de poulet dans un liquide nutritif sur plusieurs décennies (entre 28 et 37 ans) alors que l'espérance de vie d'une poule n'est que de 5 ans... « La cellule est immortelle. Seul le liquide qui se trouve à l'intérieur de la cellule est soumis à des processus dégénératifs. » déclara-t-il ou encore « une cellule bien hydratée, bien nourrie, bien débarrassée de ses déchets se renouvelle perpétuellement », suggérant la possible immortalité des organismes...


A. Carrel
(1873-1944)

Cette expérience n'a jamais pu être reproduite et a été critiquée (comme toute expérience qui sort des clous ou heurte le dogme) mais il est clair que l'environnement extra-cellulaire est primordial et en premier lieu la qualité de l'eau: « La condition pour une cellule éternelle réside dans le renouvellement régulier de ce liquide extracellulaire. La «vie éternelle» ne peut pas être assurée par n'importe quelle eau. La différence entre un liquide de cellule biologiquement actif et de l'eau classique repose dans leur structure physique, c'est-à-dire dans l'agencement de ses molécules (géométrie). Une telle perturbation est associée à des maladies.» (Dr. Alexis Carrel)

Une eau correctement filtrée et hydrogénée sera biologiquement très active, antioxydante et facilement assimilable. Est-il dès lors étonnant qu'elle présente de multiples bienfaits ?

 

 

Principes, mesures BEV et intérêt de l'eau hydrogénée


 

Idrogen est un appareil de 3ème génération. Il utilise la cellule Astra-Cell développée par la société PAINO Inc en vue de produire une eau neutre enrichie en ozone à l’anode et une eau neutre enrichie en dihydrogène à la cathode.

Quel est le principe des appareils ? Pour ceux pour qui les schémas ci-dessus manquent de clarté, disons simplement que l’eau est transformée par un procédé électrolytique ou par une membrane qui a pour effet de rajouter à l’eau des molécules supplémentaires de dihydrogène dites « actives », générant ainsi une énergie électrique ORP pour "Potentiel d'Oxydo-Reduction" c'est-à-dire des électrons supplémentaires. Si l’on rajoutait de l’hydrogène non-actif à cette eau, on n'obtiendrait que des bulles...

Dans le même temps, un eau acide antibactérienne est obtenue à l'anode et récoltée dans un petit récipient au fond de l'appareil. Cette eau pourra être utilisée pour désinfecter la peau en usage cosmétique.
 

"[...] Chimiquement, l'hydranion H3O– est un véritable « tueur de radicaux libres » d'une efficacité redoutable. Il est responsable de l'activité électronique extrêmement élevée (rH2 très bas) de l'eau hydrogénée. [...] Au point de vue thermodynamique, la désactivation des radicaux libres par les hydranions provient de la tendance énergétique d'une solution instable pour retrouver son équilibre. C'est le véritable secret de l'eau hydrogénée. En ce sens, elle diffère fondamentalement de toutes les solutions aqueuses à rH2 bas obtenues par la présence des enzymes réducteurs, mais aussi des aliments lactofermentés et des jus de fruits.[...]" 

(Site de référence Eautarcie basé sur les travaux du bioélectronicien Joseph Országh)


Ce procédé n'a donc rien à voir avec l'eau dite "ionisée" ou "Eau Kangen" qui vise également à rendre l'eau beaucoup plus alcaline au prétexte que nous serions tous en acidose, une absurdité au regard de l'effet tampon de l'organisme et du caractère très acide de l'estomac qui neutralisera de toute manière le caractère basique de l'eau. En outre, si l'eau alcaline était bonne pour la santé, cela se saurait puisque les eaux du robinet traitées sont toujours alcalines ! 

Il n'en va pas de même pour le « caractère antioxydant » des eaux hydrogénées qui se diffusent très rapidement dans l'ensemble du corps et qui peuvent dès lors être considérées comme bénéficiant de vertus thérapeutiques.
 

"[...] l'augmentation spectaculaire de l'activité électronique dans l'eau hydrogénée obtenue à la cathode. La diminution du rH2 (fait expérimental!) peut rendre toute la solution aqueuse instable au point de vue thermodynamique, dès que l'on atteint (ou l'on dépasse même) la limite thermodynamique de stabilité de l'eau (rH2=0). Nous avons de bonnes raisons de penser qu'une eau thermodynamiquement instable aura des propriétés biologiques (médicinales) tout à fait remarquables. Avec l'hydranion, la médecine dispose d'un facteur puissant pour modifier les propriétés électrochimiques des liquides à l'intérieur même des cellules. [...]" 

(Site de référence Eautarcie basé sur les travaux du bioélectronicien Joseph Országh)


C'est le cas au Japon où l'eau hydrogénée serait considérée comme « médicament » pour le diabète, l’hépatite, la dermatite atopique, le cholestérol et l’arthrose mais également comme antidépresseur et dans les traitements de détoxication et de désintoxication (alcool et drogue). C'est enfin un dopant naturel pour le sportif. Voir quelques études effectuées au Japon dans un document intitulé "Rencontre avec l'eau miraculeuse"

En dépit d'appareils appelés "Lourdes", il n'y a pourtant rien de miraculeux avec l'eau hydrogénée: tout s'explique de manière scientifique et il est facile de comprendre qu'une eau antioxydante aura des effets sur la santé et la vitalité!

Selon les analyses de la Bioélectronique de Vincent (BEV), les aliments les plus bénéfiques à l'organisme (graines germées, produits lacto-fermentés, fruits-légumes bio, pain complet au levain,...) se retrouvent dans le "trapèze vital" ce qui correspond à un pH légèrement acide et un ORP en millivolt inférieur à zéro.

Pour peu que l'eau de base utilisée soit bien légèrement acide (ce qui exclue l'eau du robinet), l'eau obtenue par hydrogénation s'y retrouvera également, avec un ORP compris entre - 200 et - 640 mV selon les appareils.

Rapporté en rH2 selon la formule rH2 = 33,3 x ORP (en volt) + 2pH, on obtient des valeurs comprises entre -8 et +10 ce qui correspond aux valeurs du Trapèze vital voire, pour les valeurs négatives, un effet antioxydant encore plus important!

A noter que les autres aliments bio bénéfiques à la santé se retrouvent également acides et en capacité de réduction (rH2 inférieur à 28), preuve supplémentaire de l'idiotie des Eaux Kangen de viser l'alcalinité pour combattre notre "acidose"!

Par contre, la aliments de la malbouffe, le fast-food, certains fruits et légumes de l'agriculture productiviste ou encore le pain blanc seront acides mais oxydants (rH2 > 28, ORP entre 500-800)

Enfin, les eaux du robinet traitées, pauvres en protons (H+) et en électrons, se trouvent en terrain alcalin et très oxydé, un milieu favorable aux virus, aux vaccins ou au cancer... Voir Eau du robinet.

 

Une clustérisation de l'eau ?  Certains sites insistent sur le fait que leurs appareils "cassent" les clusters d'eau afin de les rendre plus petits et mieux assimilables par les cellules. Fort bien sauf que cette notion de cluster est tout ce qu'il y a de théorique (voir la section La source de la vie), que la durée de vie d'un cluster est de l'ordre de 10-12 secondes et, surtout, comme le rappelle le Pr. Marc Henry dans sa conférence Quelle eau boire, les molécules d'eau passent une par une dans les cellules via les aquaporines.

Même s'il y avait des clusters d'eau au départ, il n'y en a donc plus à l'arrivée! Et de conclure que les clusters n'ont donc "aucun intérêt"!

Cette dernière affirmation mérite selon moi d'être nuancée car l'on admet que les eaux vivantes et correctement brassées présentent des clusters plus petits que, par exemple, l'eau du robinet. "La capacité de l'eau à éliminer les clusters par son propre mouvement est le signe de sa nature vivante." écrivent Josef Zerluth et Michael Gienger dans leur livre L'eau et ses secrets. De même, est-ce que de gros clusters n'entraineraient pas un surplus de travail par rapport à de plus petits ?

Bref, s'il ne faut pas forcément choisir un appareil pour cette "clustérisation", elle ne peut pas faire de mal puisqu'elle serait le signe d'une eau plus dynamique ou "vivante" (voir la section Eau vivante)... et qui pénètrera plus facilement dans les aquaporines!


Au final, on peut considérer que l'eau hydrogénée aura les trois effets de base suivants:

  • Baisse de l’oxydation du corps d'où une action préventive contre le vieillissement prématuré.

  • Renforcement du système immunitaire d'où une action préventive contre les pathologies.

  • Meilleure hydratation des cellules d'où un meilleur fonctionnement de l'ensemble du métabolisme, aussi bien physique que mental.

Bref, sans entrer dans le détails de pathologies spécifiques, une meilleure santé et vitalité!

"[...] jusqu'à présent, aucun effet secondaire indésirable n'a été signalé, même suite à la consommation d'eau fortement hydrogénée. Les domaines où l'eau hydrogénée peut apporter de succès dans le traitement des maladies sont nombreux. [...] A partir d'une sensibilité aux maladies virales, en passant par la perturbation de l'assimilation du calcium et du magnésium, jusqu'à l'apparition de la sclérose en plaque, une grande variété de réactions pathologiques est possible. Il y a des chances que l'eau faiblement hydrogénée devienne un moyen puissant de prévention de tout les types de cancer [...]

Actuellement on essaie de détruire les virus réputés pathogènes, avec des médicaments. En médecine bioélectronique, on modifie le terrain (les coordonnées bioélectroniques du sang) dans le sens de rendre impossible la multiplication des virus. Dans le premier cas, on lutte contre quelque-chose, dans le deuxième, on aide l'organisme à régler le problème.

Sachant cela, on peut se poser des questions sur la chimiothérapie. Toujours, d'après Daniel Pinon, tous les médicaments de chimiothérapie sont oxydants. Outre les effets secondaires dévastateurs, ils détruisent les cellules cancéreuses, mais déplacent le terrain bioélectronique de l'organisme vers le cancer.

La modification thérapeutique des coordonnées bioélectroniques (surtout l'abaissement du rH2) est la solution, du moins théoriquement, pour la maîtrise de plusieurs maladies comme les cancers, l'ostéoporose, la coxarthrose, la sclérose en plaques et toutes les maladies virales, et peut-être d'autres aussi...

Seulement, la médecine bioélectronique n'a, jusqu'à présent, pas disposé d'un médicament vraiment efficace pour abaisser le rH2 du sang. L'eau hydrogénée avec un rH2 zéro, ou même négatif est une ouverture vers des soins innovants, très bon marché et sans effets secondaires connus. Le problème est que ni les médecins, ni les biologistes qui étudient les propriétés de l'eau hydrogénée, ne connaissent la bioélectronique médicale. En ignorant le rH2, ils ne peuvent que « tâtonner », car ils manquent d'un outil pour évaluer avec précision les propriétés « antioxydants » des liquides de l'organisme (comme le sang, l'urine, la salive ou les liquides intercellulaires) et des eaux thérapeutiques [...]

L'eau hydrogénée formée à la cathode est une eau extrêmement réductrice (antioxydante) dont les applications thérapeutiques vont bien plus loin que ne le signalent leurs promoteurs. La connaissance de la bioélectronique médicale ouvre ici des perspectives qui feraient rêver les médecins les plus audacieux. Ceux qui ont pratiqué la bioélectronique médicale depuis plus de 50 ans n'ont encore jamais eu à leur disposition un médicament aussi puissant pour modifier ce qu'ils appellent « le terrain bioélectronique du patient ».

  (Site de référence Eautarcie basé sur les travaux du célèbre bioélectronicien Joseph Országh)

 

 

Quelques témoignages d'utilisateurs


"A ce jour mon inflammation [au pied gauche] a totalement disparu, plus de démangeaisons ni de rougeur [...] Je donne une note de 20 sur 20." (Francine L., Monferrier sur Lez, Sept 2018)

"Nette amélioration (quasi disparition) de mon psoriasis. [...] Autre aspect positif: lors d'un effort physique et prolongé (genre 5 heures de jardinage non-stop), je ne bois que cette eau et la récupération est indéniablement meilleure (beaucoup moins de courbatures et moins longtemps), y'a pas photo ! Bien que sceptique au départ [...] ce petit générateur est devenu un indispensable pour moi. (Evelyne W, Murbach, Avril 2018)

"J'ai de l'acné dans le dos et je vois que j'en ai beaucoup moins. Je donne de l'eau acide/oxydante (le compartiment en dessous) a ma sœur car elle a de l'eczéma à la main. Cela la soulage bien et sa plaque d'eczéma commence à disparaître." (Frédéric L., Lespignan, Mars 2017)

"Je l'ai testé, au bout de quelques jours le résultat est très positif, étant sportif et pratiquant en méditation et en Qi Gong" (Jean-Louis C., Martinique, Mars 2017)

"Très vite les premiers effets sont apparus. Mes plaques rouges ont commencé à moins me démanger puis à être moins visibles. Aujourd'hui, elles ont totalement disparues depuis maintenant 2 mois... De plus, depuis 6 ans, j'étais allergique au soleil à la moindre exposition [...] et là... rien du tout ! [...] Enfin, je ne parle pas des petits boutons rebels que j'avais sur le visage ! Ma peau apparaît comme purifiée et pour rien au monde je ne boirai une autre eau à présent." (Audrey C., Paris, Octobre 2017)

"J'ai acheté et expérimenté cet appareil depuis quelques mois pour ma femme qui est atteinte d'un cancer. J'ai noté une nette amélioration de son bien-être et de son énergie vitale retrouvant un peu plus de tonus et supportant mieux les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie." (Eric D., Quint Fonsegrives, Juin 2018)

 

 

Quelques études scientifiques



La communauté scientifique est active vis-à-vis de l'eau hydrogénée: le site de référence des publications médicales PubMed liste ainsi plus de 68 000 résultats pour les termes "Hydrogen Water".

Citons par exemple (en anglais) :

Une étude japonaise du Dr. M. Ohta (2011) d'où il ressort que "l'hydrogène moléculaire H2 a le potentiel d'un nouvel antioxydant dans la prévention et les applications thérapeutiques.[...] H2 se diffuse rapidement dans les tissus et les cellules [...] est suffisamment doux pour ne pas perturber les réactions antioxydantes du métabolisme [...] il devrait y avoir peu d'effets secondaires à la consommation de H2 [...] Depuis la publication en 2007 des premières études dans Nature Medicine, les effets biologiques de H2 ont été confirmées par des publications sur plus de 38 pathologies [...] H2 présente des effets contre le stress oxydatif mais également des propriétés anti-inflammatoires et anti-allergènes."

Une autre étude japonaise de 2015 est intitulée "L'hydrogène améliore la fonction neurologique par atténuation de la rupture de la barrière sang-cerveau chez les rats spontanément hypertendus prédisposés aux accidents vasculaires cérébraux (AVC)" Ouf!

Une étude chinoise de 2012 se penche sur le lien entre l'hydrogène et la radioprotection: "le dihydrogène H2 agit comme antioxydant thérapeutique [...] Notre département a démontré un effet protecteur de H2 sur les cellules irradiées de souris. [...] Des études avec placebo ont montré que la consommation de H2 peut améliorer la qualité de vie de patients traités par radiothérapie dans le cas de tumeurs du foie.[...] H2 possède un potentiel comme agent radioprotecteur efficace et non toxique."

Une étude américaine (?) de 2014 conclut que "l'hydrogène moléculaire dans l'eau potable protège contre les changements neurodégénératifs induits par une lésion cérébrale traumatique" au point que l'eau hydrogénée serait un "traitement très efficace contre les lésions cérébrales traumatiques".

Une étude japonaise de 2013 avec double placebo s'est penchée sur la maladie de Parkinson (lié au niveau de stress oxydatif) pour conclure que "boire de l'eau hydrogénée est sans danger et bien toléré". Les patients qui ont bu 1 litre par jour durant 48 semaines ont sensiblement amélioré leur score au test de mesure de la maladie de Parkinson.

Terminons par une autre étude japonaise de 2012 intitulée "Effets de l'eau potable riche en hydrogène sur la fatigue musculaire causée par l'exercice intense chez les athlètes d'élite" d'où il ressort qu'une "hydratation adéquate avec une eau riche en hydrogène réduit le niveau de lactase dans le sang et améliore les fonctions musculaires."

Bref, tout plein de bienfaits encore en train d'être étudiés... mais déjà la constatation que l'eau hydrogénée est une solution anti oxydante de pointe... sans danger!

 

 

Effets sur la santé et expertise scientifique du Pr. Marc Henry

 

 

Le professeur Marc Henry est enseignant chercheur à l'Université de Strasbourg, Directeur de recherche à la faculté de chimie, Président de l'association Natur'Eau Quant et auteur du livre L'Eau et la physique quantique (Ed. Dangles).
Il travaille sur la chimie de l'eau depuis 30 ans et est habilité à diriger des recherches scientifiques.

 

Le schéma ci-dessus est tiré de la conférence Quelle eau boire ? (1:11:50) du Pr. Marc Henry et traite spécifiquement des eaux réductrices de type Eau Kangen. A l'époque (2013), pas grand monde ne connaissait l'eau dihydrogénée...

A propos des eaux très réductrices et donc antioxydantes, l'expert souligne leur redoutable efficacité pour aider lors d'une chimiothérapie ou lors d'un stress oxydatif massif: "aucun radical n'y échappe!" On constate en effet sur le schéma des "effets anti-cancer" - les "phénotypes malins deviennent bénins" - un "effet radioprotecteur" et une "protection contre la chimio-thérapie".

Mais l'élimination des radicaux libre offrirait bien d'autres avantages:

  • Effet anti-neurodégénératifs

  • Effet anti-athériosclérose

  • Effet anti-allergies

  • Effet hépato-protecteur

  • Protection muqueuse gastrique

  • Réduction de l'acidose métabolique

  • Protection de la rétine

  • Effet anti gueule de bois

  • Pénétration des aquaporines accélérées (voir ci-dessus la notion de "clusters")

  • Et enfin de nombreux effets anti-diabétiques (type 1 et type 2)

Autre schéma pour présenter la différence antioxydante entre ce type d'eau (noté ici ERB) et les références que sont la vitamine C ou le thé vert. Avec un ORP (ici noté POR) de - 400 mV, "la vitamine C, le thé vert qui sont réputés être très antioxydants, c'est de la gnognotte à côté de ces eaux là! Vous pouvez être à - 600 mV alors que la vitamine C plafonne à -150 mV péniblement..."  Il resterait certes à convertir en rH2 pour être tout à fait précis...

Le problème concernant les eaux ionisées de type Kangen est que cet effet antioxydant proviendrait surtout des nanoparticules de platine utilisées pour réaliser l'électrolyse. On retrouve ces mêmes particules dans l'air via les pots catalytiques... et elles sont naturellement redoutables pour l'organisme! "Rien qui résiste", "Aucun radical n'y échappe", ni les mauvais... ni les bons et c'est cela le problème car des radicaux libres sont également requis par le système immunitaire ou pour la croissance des neurones! Tout supprimer risque donc à terme de déséquilibre l'organisme...

Outre le changement radical du pH, c'est la raison pour laquelle l'eau ionisée ne devrait jamais être considérée comme une eau de consommation courante mais toujours, via un suivi médical, pour une pathologie bien spécifique. "Dès que vous avez un stress oxydatif que votre organisme ne sait plus gérer, prenez cette eau là, elle va vous sauver la vie. Mais dès que vous avez résolu le problème, STOP! On reprend une eau normale. C'est un médicament, ce n'est pas une eau de boisson!"

Un avis qui ne concerne pas l'eau dihydrogénée - notamment celle produite par membrane, sans électrodes et donc sans risques de nanoparticules de platine - qui semble offrir les bienfaits antioxydants sans les dangers de l'eau trop alcaline (prolifération bactérienne). Aucun effet secondaire n'a ainsi été notifié, même en consommation courante. Une véritable révolution dans les soins et la prévention des pathologies ?

Consulté dans le cadre de son association Natur'Eau Quant, le Professeur Marc Henry donne son opinion concernant la production de dihydrogène et le petit dispositif Idrogen :

- "Contrairement aux nanoparticules de platine qui détruisent tous les radicaux libres quels qu’ils soient, le dihydrogène H2, ne s’attaque qu’au radical le plus oxydant et le plus dangereux: HO°, laissant intact les autres radicaux (O2°-, NO°) et espèces réactives de l'oxygène (H2O2) essentiel à un bon fonctionnement cellulaire. Cela fait du dihydrogène l’un des meilleurs antioxydant intracellulaire."

- " Il existe un grand nombre de moyens de produire une eau réductrice, mais [...] il semble que les seuls effets thérapeutiques soient attribuables au dihydrogène H2."

- "La plupart des électrolyseurs d’eau disponibles sur le marché arrivent également à produire du dihydrogène, mais pour cela il doivent employer une eau de basse résistivité électrique [c'est à dire chargés en minéraux] afin de pouvoir faire passer le courant électrique avec comme inconvénient d’augmenter considérablement l’alcalinité de l’eau hydrogénée produite (parfois jusqu’à pH 9-10)."

- "Sur un plan scientifique cet argumentaire [selon lequel l’eau alcaline présente des vertus thérapeutiques supérieures aux eaux de pH neutre ou légèrement acide] ne tient absolument pas la route, car toute eau alcaline bue se voit immédiatement neutralisée par le pH extrêmement acide de l’estomac. [...] Boire de l’eau alcaline, va donc obliger les cellules pariétales à produire de l’acide chlorhydrique, alors qu’il n’y a absolument aucune protéine à digérer [...] C’est la raison pour laquelle il faut boire une eau neutre, voire même légèrement acide, car cela ne fatigue pas les cellules pariétales. [...] Les vertus des eaux alcalines réductrices si elles sont bien réelles, ne sont en rien attribuable au pH alcalin, mais plutôt au dihydrogène dissous."

- "De plus, les milieux alcalins sont des milieux très agressifs pour les électrodes dont le revêtement en platine s’use en créant des nanoparticules de platine (visibles au microscope électronique) qui sont ingérées avec l’eau de boisson. D’où, comme évoqué plus haut, une activation du dihydrogène qui passe du statut de réducteur sélectif doux, au statut de réducteur non sélectif violent."

- "De ce point de vue, la machine IDROGEN, de par sa miniaturisation et le fait qu’elle neutralise l’alcalinité inévitablement produite à la cathode via son électrode auxiliaire, présente des avantages indéniables par rapport aux machines produisant des eaux alcalines, pour un coût à l’achat nettement inférieur."

- "L’association Natur’Eau Quant certifie donc par ce rapport, que l’appareil IDROGEN a fait l’objet d’une évaluation scientifique rigoureuse du procédé mis en œuvre pour produire une eau neutre saturée en dihydrogène. L’association certifie que ce type d’appareillage satisfait aussi pleinement à sa charte déontologique et qu’il existe des arguments scientifiques sérieux permettant de préférer la technologie IDROGEN qui permet d’électrolyser n’importe quel type d’eau à d’autres technologies incapables de fonctionner avec des eaux de très haute résistivité électrique."
 

Note :
Les informations ci-dessous ne doivent naturellement pas se substituer à votre médecin et à votre prise de médicaments

 

 

 

www.lemieuxetre.ch / www.solutionsbio.ch / www.8fondamentaux.com
Consulting Ecologique / Benoît Saint Girons / Tél: +41 76 532 8838 / bsg[at]solutionsbio.ch

© Benoît Saint Girons - Tous droits réservés - Données indicatives non contractuelles et susceptibles de modifications