LES ECUEILS A EVITER

 

 

Les dangers du sucre


« Il n’y a aucune évidence d’un lien entre la consommation de sucre et le diabète. » a déclaré le responsable de l’Association américaine des diabétiques. Un tel revirement, contraire à toutes les données scientifiques, serait-elle lié au fait que son association venait de recevoir une très généreuse donation d’un fabricant de boissons gazeuses sucrées ? (1)

Ne faisons pas de mauvais esprit car il aurait tout aussi bien pu toucher des subventions d’un fabricant de jus d’orange : en moyenne, les jus de fruits « sans sucre ajouté » contiennent l’équivalent de 17 morceaux de sucre par litre (avec des pointes pour le jus de raisin ou de pommes) !

Mais soyons sérieux deux minutes car le sucre fait des ravages ! « Une étude menée à l’université de Loma Linda, aux Etats-Unis, a montré que la capacité de défense de nos globules blancs était inversement proportionnelle à la quantité de sucre blanc ingéré. Une piste qui pourrait expliquer les affections à répétition (ORL en particulier) dont souffrent les enfants avides de sucreries » (2)
 

     

 

Mais peut-être nous faudrait-il avant tout préciser, pour éviter tout dérapage qu’ il y a sucre et sucre. Il y a le sucre industriel raffiné (qu’il soit blanc ou roux, de betterave ou de canne à sucre, c’est de la saccharose !), un concentré de calories vides de tous minéraux, vitamines, enzymes ou oligoéléments pourtant indispensables au métabolisme, que l’on retrouve partout et qui fait la joie des dentistes et le malheur des estomacs.

Et puis il y a le sucre complet ou intégral biologique, directement issu de la canne à sucre, riche en nutriments, qui protège des caries et fortifie l’organisme. Bien évidemment, vous ne trouverez pas ce dernier dans les rayons des hypermarchés ou les préparations industrielles…

Un autre que vous ne trouverez pas en rayon, qui remplace le sucre dans nombre de préparations et de boissons industrielles et qui serait le premier responsable du boom de l’obésité au niveau planétaire ? Le sirop de glucose-fructose ! « Depuis l’introduction du HFCS dans les sodas, le taux d’obésité des adolescents américains est passé de 6% à 16% » note William Reymond dans son livre Toxic. (3)

Produit à partir de maïs, le High Fructose Corn Syrup (HFCS) est tout bénéfice pour les industriels : il représente un débouché pour le maïs (la plante la plus polluante à produire), se conserve plus longtemps, se mélange mieux et est surtout bien moins cher. Bénéfices pour le consommateur ? Zéro ! Ah si, il y en a tout de même un : il peut désormais boire des litres et des litres de boissons sans jamais être dégoûté… Les CONsommateurs apprécieront !

 

... et des édulcorants


Pire que le glutamate : l’aspartame ? Dans la famille des édulcorants synthétiques, l’aspartame (E 951) semble en effet décrocher le pompon . Un « véritable poison » selon le Dr H.J. Roberts, « l'additif le plus dangereux et meurtrier au monde! » selon Corinne Gouget. Cet additif « neurotoxique pouvant provoquer plus de 92 symptômes […] n’aurait jamais du être autorisé. » (4) D’ailleurs, il a faillit ne pas l’être !

Découvert en 1965 par J. Schlatter, chimiste de la société Searle, l’aspartame bénéficie d’une première autorisation de mise sur le marché en Juillet 1974 pour les aliments secs… retirée quelques mois plus tard par la FDA (Food and Drug Administration) en raison de la nocivité du produit. Des chercheurs indépendants avaient prouvé que l’aspartame détruisait le système nerveux et était hautement cancérigène…

 

   



Mais le 8 mars 1977, Searle embauche Donald Rumsfeld comme Président. Le choix est judicieux : bien avant de jouer les va-t-en-guerre en Irak avec Bush Jr., Rumsfeld entre en effet au gouvernement de Ronald Reagan en 1981 et s’empresse de limoger ses anciens contradicteurs de la FDA. L’aspartame, à nouveau autorisé en 1981 dans les aliments solides, puis en 1983 dans les liquides, est prêt à conquérir le monde !

Autorisé dans plus de 90 pays, on le retrouve aujourd’hui dans plus de 5 000 produits à travers le monde, dont 2000 vendus en Europe. Dans les produits light, bien sûr, mais aussi dans plus de 600 médicaments dont des vitamines pour enfants !

Revers de la médaille ? 7000 plaintes sont déposées dès 1994 aux Etats-Unis qui permettent de recenser pas moins de 2 621 effets secondaires ! Ces effets vont des maux de tête à la sclérose en plaque en passant par le cancer du cerveau… Mais l’aspartame serait aussi à l’origine du syndrome de la guerre du Golfe chez les soldats américains : sa nocivité est en effet multipliée lorsque sa température atteint 30°C et les palettes de boissons « diet » étaient stockées… sous le soleil koweitien !

 

Maigrir grâce au "light" ?


Aide-t-il à maigrir ? Encore raté ! Ce serait même le contraire : « comme tous les édulcorants intenses, l’aspartame entretient le goût du sucré, ce qui va d’une part favoriser l’obésité et d’autre part engendrer une production d’insuline qui peut favoriser le stockage des graisses. […] [L’aspartame] provoque un besoin maladif de glucides et vous fera tôt ou tard grossir. » explique Amel Bouvyer. (5)

D’un point de vue plus général, il conviendrait donc de se méfier des produits lights ou allégés. Outre la présence d’édulcorants et autres substituts chimiques, ces produits perturbent l’organisme en le confrontant à une nourriture qui n’en est plus vraiment une. Le cerveau est trompé et n’arrive pas à compter correctement les calories.

« La substitution du sucre par un édulcorant acalorique pourrait faire croire au cerveau qu'un aliment sucré n'apporte pas d'énergie et donc « autoriser » sa surconsommation, au point, probablement, de favoriser la prise de poids. » précise le diététicien nutritionniste Nicolas Rousseau. Il cite l’expérience de deux chercheurs américains sur deux groupes de rats. Le premier groupe était nourrit avec des liquides sucrés tandis que le second recevait un liquide édulcoré à la saccharine. Au bout de 10 jours, on leur présentait un snack chocolaté riche en énergie. Devinez quel groupe de rat s’en est le plus goinfré ? (6)

 

Sources:
(1) Sucro-dollars, Pratique de Santé N°31, 4 juin 2005, p2
(2) Le sucre autrement, Psychologies magazine N°262, Avril 2007, p. 222
(3) Toxic, William Reymond, Flammarion, 2007
(4) Additifs Alimentaires, p.52 / Voir aussi l’article de Corinne Gouget sur http://www.biojournal.fr/
(5) Amel Bouvyer, L’aspartame : une drogue qui vous tue en douceur, Quelle Santé, Octobre 2006, p.10
(6) Obésité : l'hypothèse de la jauge calorique, http://www.e-sante.be, 17 août 2004 / Expérience des professeurs Terry Davidson et Susan Swithers, International Journal of Obesity 2004 ; 28 :933-935

 

 

 

Nutriwell
H2OCentre / 26 rue de la Corraterie, 1204 Genève / Tél: +41 22 320 8886 / contact[at]h2ocentre.ch
Consulting Ecologique / Benoît Saint Girons / Tél: +41 76 532 8838 /
bsg[at]solutionsbio.ch

© Benoît Saint Girons - Tous droits réservés - Données indicatives non contractuelles et susceptibles de modifications