VERS L'EAU "PARFAITE"

 

« Le culte de l'eau pure fut le premier culte des hommes,
car c'était celui de la vie et de la santé 
»
Louis-Claude Vincent, 1979

 

L'eau parfaite selon la Bioélectronique Vincent (BEV)     L'eau parfaite selon d'autres normes qualitatives
L'eau colloïdale ?
     Vers l'eau parfaite chez soi

 

Vidéo:

La qualité de l'eau
(5'18)

 

Avec l'eau "parfaite", nous franchissons la dernière étape et dépassons les solutions intermédiaires pour nous intéresser aux approches les plus abouties à destination des puristes, de ceux qui ne se satisfont que du meilleur. L'eau "thérapeutique" ne pouvait être consommée que sur de courtes périodes. L'eau "vivante" n'était pas forcément dénuée de polluants. L'eau "pure" - l'eau distillée - est impropre à la consommation car par trop "vide". Qu'est-ce donc que l'eau "parfaite" ?

Adosser à l'eau un tel adjectif, c'est évidemment prendre le risque de lui plaquer un certain nombre de préjugés. Naturellement, l'eau est parfaite: rien n'a à lui être ajouté, rien n'a à lui être retiré. Elle n'a besoin de personne pour donner la vie, elle est son propre référent, son propre Acteur.

Les peuplades vivant dans les endroits les plus reculés de la planète - comme par exemple les Hunzas du Haut-Pamir au Pakistan, dans les lieux où l'eau n'a encore eu aucun contact avec la "civilisation de la pollution" - bénéficient d'une telle eau et présentent un état de santé et de vitalité particulièrement remarquable. Ils vivent généralement plus que centenaires, atteignant parfois les 150 ans.

Parler d'eau "parfaite" revient ainsi à essayer d'établir un cahier des charges de ce que serait l'eau idéale du point de vue de l'organisme, de la santé et de la vitalité. C'est ce que l'ingénieur hydrologue Louis-Claude Vincent et le Dr Jeanne Rousseau ont tenté de définir via la notion de bioélectronique.

 

 

L'eau parfaite selon la Bioélectronique Vincent (BEV)

 

Selon l'Association ABE, promoteur naturel de la bioélectronique, "L'application de la Bio-Electronique à l'étude systématique de l'eau met en évidence un aspect dynamique de l'élément liquide qui n'est pas pris en compte par l'analyse classique : l'eau est jugée à état statique, sur des critères chimiques, qui ne traduisent pas ses facultés d'adaptation aux variations du milieu vivant.

L'eau possède en réalité une individualité biologique liée à trois facteurs distincts :

  • La nature du milieu dans lequel elle circule, donc facteur chimique.

  • La vitesse d'écoulement dans le milieu en question, donc facteur cinétique.

  • La température, donc facteur thermique.

L'eau dans l'organisme existe en outre sous deux formes différentes :

  • L'eau liée, intégrée aux structures moléculaires.

  • L'eau libre ou circulante (sang, lymphe), assurant à la fois l'apport nutritif aux rouages mêmes de la vie et l'élimination des inévitables déchets (urine, sueur).

Eau libre et eau liée différent par leurs potentiels respectifs tout comme différent dans la nature les eaux vives et les eaux stagnantes, ceci constituant une bipolarité de la matière et assurant un équilibre morphopsychologie oscillant, qui conditionne lui-même l'état de santé." Il a ainsi été démontré que, dans un cours d'eau naturel tel qu'une rivière, l'eau avait la capacité de s'auto-nettoyer sur quelques kilomètres seulement.

Selon Roger Castell, "La bioélectronique se fonde sur l'étude des charges magnétiques positives des protons et des charges négatives des électrons. Elle s'intéresse donc à la composition physique et atomique de la matière vivante et aux interactions électromagnétiques. Elle se situe bien au-delà de la composition moléculaire généralement utilisées en biologie. Elle permet donc d'élargir et de mieux comprendre tous les phénomènes liés à la vie."

Pour les adeptes de cette discipline, et notamment le professeur Joseph Orzàgh, l'eau biocompatible "parfaite" devrait avoir les caractéristiques bioélectroniques suivantes:

  • légèrement acide (pH compris entre 5,5 et 6,8)

  • aussi peu minéralisée que possible (résidu sec inférieur à 50 milligrammes par litre, tout en restant supérieur à 10 mg/l afin de ne pas avoir une eau par trop déstructurée.)

  • eau antioxydante, neutre ou légèrement réductrice (rH2 compris entre 25 et 28)

  • résistivité supérieure à 6 000 ohms (mais inférieure à 50 000 ohms, aucune eau naturelle n'étant aussi pure)

Comme le précise le livre de Roger Castell « très peu d'eau en France répondent à ces critères! » Idem en Suisse ou en Europe. La raison pour laquelle les pouvoirs publics ne font pas la promotion de la bioélectronique ? Les traitements chimiques favorisent en effet l'alcalose et l'oxydation.

 

Qu'est-ce que le pH ? Le pH ou Potentiel Hydrogène mesure la capacité énergétique d'un milieu (sa charge en proton (H+) et son caractère acide ou alcalin. L'échelle varie de 0 à 14 avec une neutralité à 7. Une solution avec un pH inférieur à 7 est acide (riche en protons H+ et création d'un champ magnétique positif) tandis qu'il est basique ou alcalin si supérieur à 7 (pauvre en protons H+ et champ magnétique négatif). Une baisse d'un point de pH signifie qu'il y a 10 fois plus d'ions H+ et inversement. L'acide gastrique a un pH de 2, le jus de citron de 2,1, le coca cola de 2,5, le vinaigre de 2,5-2,9, le jus d'orange de 3,2, la bière de 4,5, le café de 5, le thé de 5,5, le lait de 6,5, l'eau douce de 6,5, l'eau pure de 7, l'eau calcaire de 7,5, la salive humaine de 6,5-7,4 selon l'état de santé, le sang de santé de 7,1 à 7,2 (de 38 à 48 milliards de protons / mm3), le sang cancéreux de 7,8 à 8,5 (plus que 1,9 milliards de protons / mm3), l'eau de mer de 8, le savon de 9 à 10, l'eau de javel de 12,  et la chaux de 12,5 et la soude caustique de 13 à 15.

Qu'est-ce que le rH2 ? Le rH2 ou redox ou facteur électrique mesure le taux en électrons d'un milieu et donc son potentiel d'oxydoréduction et sa capacité régulatrice. L'échelle varie de 0 à 42 avec une "neutralité redox" à 28, correspondante à l'eau chimiquement pure. Une solution avec un rH2 inférieur à 28 est réductrice (riche en électrons qu'elle cèdera) tandis qu'elle est oxydante entre 28 et 42 (pauvre en électrons qu'elle captera). Or, selon Jacques Collin, "L'absence d'électrons c'est la mort thermodynamique de la machine humaine qui ne peut plus métaboliser les nutriments [...] Pour métaboliser le sucre, l'organisme doit fournir deux électrons par molécule." "La base de la vie se nourrit d'électro-négativité!" [...] "il y a donc lieu de rechercher la richesse électronique de l'eau" Une telle eau apportera ainsi des électrons au lieu de les prendre. Les graines germées ont un rH2 de 4, une salade bio de 12, un jus d'orange de 17, l'eau du robinet de 34 (en moyenne mais parfois beaucoup plus!), l'eau de javel de 40. Le sang d'une personne en bonne santé aura un rH2 de 21-22 (10 millions d'électrons / gramme) tandis qu'une personne atteinte de cancer aura une mesure de 28 (plus que 1 électron/g!)

Qu'est-ce que la résistivité (rô ou rho) ? La résistivité (symbole ρ) ou facteur diélectrique est le contraire de la conductivité et représente la capacité d'un milieu à ralentir le passage d'un courant électrique. La résistivité est exprimée en ohms (Ω). La conductivité est exprimée en Siemens par mètre (S/m). Une résistivité basse (conductivité élevée) traduit une forte concentration moléculaire et donc, au niveau de l'eau, une forte concentration en minéraux. Une résistivité élevée traduit une faible concentration en minéraux et une bonne résistance aux inductions électromagnétiques et cosmiques.  La raison de l'hypersensibilité de certaines personnes aux ondes électromagnétiques ? Le rô sera donc directement lié à la mesure des résidus à sec exprimés en mg / litre. Un sang en bonne santé a un rô de 210 Ω.cm. Un sang de cancéreux un rô de 140 Ω.cm.

 

Ces trois mesures donnent en effet un instantané de l'état de santé et de vitalité des substances testées.

Amis cartésiens, bonjour!  « Avec la bioélectronique, on aboutit à une médecine de diagnostic et de thérapeutique devenant rigoureusement scientifique [...] C'est à la source même de la vie et à son maintien en équilibre que s'adresse la bioélectronique, avec une sûreté et une instantanéité totales, conduisant à une maîtrise absolue, en vue, à la fois de la guérison et de la prévention » écrivait Louis-Claude Vincent en 1969 dans son livre Le paradis perdu de Mu

Nous vous épargnons ici les formules mathématiques du potentiel redox (E) reliant le pH au rH2 et de la quantification énergétique de Vincent (W), mis au point par Vincent et affinés par le Professeur Joseph Orszàgh (définition scientifique des paramètres BEV) et qui permettent - rien que cela! - de déterminer l'âge bioélectromagnétique d'un individu via les mesures du sang, de la salive et de l'urine.

Arrêtons-nous plutôt sur le Bioélectronigramme des eaux selon Louis-Claude Vincent dont voici deux exemples:

 

         

Le terrain 1 (acide et réducteur) est celui de la vie et de la santé, la zone des forces vitales, riche en protons et en électrons. Les Anciens appelaient "asclepia acida" cette approche des soins à base d'aliments acides et réducteurs, donneuse et riche d'électrons. "C'est le lieu des eaux potables de qualité et des eaux thermales à la source. On y trouve aussi les ferments, produits lacto-fermentés, enzymes et vitamines naturelles" précise Richard Haas, ainsi que le vin, les graines germées, les jus et fruits frais de l'agriculture biologique ou encore le pain complet au levain, bref, les aliments les plus vitalisants pour l'organisme!

Le terrain 2 (acide et oxydé), zone des forces de conservation, comporte beaucoup de protons mais peu d'électrons. Selon Richard Haas, bioélectricien, "C'est le milieu favorable aux champignons, mycoses, lichens de l'aigre et celui des antibiotiques. Les aliments non vitaux se situent dans cette zone, comme les produits alimentaires cuits, industriels, de conservation (stérilisation), les fast-foods. Il n'existe aucune eau naturelle sur ce terrain."

Le terrain 3 (alcalin et oxydé), zone des forces de dégradation de la vie, comporte peu de protons et peu d'électrons. Selon Richard Haas, c'est le "terrain de l'homme moderne", un milieu favorable aux virus, aux maladies de civilisation, au sucré et aux vaccins. On y retrouve l'eau du robinet traitée et stérilisée (chlore-ozone). "Il y a 40  ans, le Dr Boyer, de la Faculté de médecine, parlait déjà "d'une eau de canalisation, et non plus d'eau potable, ne pouvant être consommée, à la longue, sans inconvénient pour la santé" rappelle Patrice Stegmann. "Nous avons tué le microbe, mais nous avons réveillé en même temps le virus et cela est mille fois plus grave" dénonce Richard Haas. "Les mesures bioélectroniques montrent que les coordonnées du sang des cancéreux au dernier stade de développement de la maladie, sont identiques à celle d'une eau de ville désinfectée au chlore" précise le site de référence www.eautarcie.org 

Le terrain 4 (alcalin et réducteur), zone des forces de destruction, comporte peu de protons et beaucoup d'électrons. "C'est le milieu favorable aux maladies infectieuses à microbes pathogènes, à la putréfaction, au salé et aux algues brunes." précise Richard Haas. C'est également dans cette zone que se situe les eaux ionisées de type Eau Kangen.

Dans le second Bioélectronigramme plus complet, l'ovale indique les limites de la vie humaine, via la mesure BEV du sang veineux: pH de 6,2 à 9,4; rH2 de 15 à 35 et rô de 80 à 400. On y trouve une zone de "Santé Parfaite" (SP) et un terrain propice aux cancers, dans le terrain 3, basique et oxydé. 

L'eau "parfaite" selon la BEV se situe donc sur le premier terrain. Nous pourrions simplifier en disant qu'il s'agit d'une eau de source faiblement minéralisée et légèrement acide (toutes ne le sont pas) récoltée à la source et donc bien vivante!

Terrain acide ou alcalin ?

On entend parfois que l'acidité est le terrain de l'homme moderne, responsable des cancers. C'est notamment l'argument phare des vendeurs de l'eau ionisée fortement alcaline de style Kangen.

C'est confondre alcalin et alcalinisant et oublier l'effet tampon de l'organisme qui vise à réguler tout excès.

La Bioélectronique de Vincent nous précise en outre que les maladies de civilisation sont plutôt le fait d'un milieu trop alcalin. "La vie ne peut se créer qu'en milieu légèrement acide (et réducteur). Plus notre état est alcalin, plus il est perméable aux maladies." écrit Richard Haas.  De fait, seul un milieu acide garantie la présence suffisante de protons. Le pH sanguin d'un homme en bonne santé est de 7,2. Celui d'un homme atteint de cancer de 7,8 c'est-à-dire plus alcalin!

Enfin, si boire une eau alcaline était bon pour la santé, nous serions tous plutôt en bonne santé puisque l'eau du robinet est toujours alcaline, une eau acide étant corrosive pour les canalisations  Les sociétés distributrices, à l'instar des SIG à Genève, ont ainsi tendance à augmenter le pH de leur eau pour protéger leur tuyauterie, sans grande considération malheureusement pour la vitalité humaine...

 

 

L'eau parfaite selon d'autres normes qualitatives

 

Une eau parfaite pourrait aussi être considérée comme une eau obtenant une note de 20/20 selon nos propres critères! Ces critères prennent en compte la BEV ci-dessus via la notion d'eau morte/vivante et d'impact sur la santé mais introduisent aussi les variables de l'écologisme et de son coût.

Au final, cette note maximale supposerait les données suivantes:

  • aucune pollution extérieure et donc un moindre contact avec notre "civilisation" et sa chimie

  • un faible taux de minéralité et donc une grande résistivité

  • une eau bien vivante et bien structurée

  • une eau ne polluant pas via son embouteillage (restons cohérent!)

  • une eau de consommation courante, vecteur de santé et de vitalité

  • une eau peu onéreuse

Les auteurs Zerluth et Gienger proposent quant à eux un tableau récapitulatif de la qualité optimale de l'eau dans leur excellent ouvrage L'eau et ses secrets. Nous l'adaptons quelque peu en rajoutant notamment la dernière colonne:

 
Qualité chimique Qualité bactériologique Qualité physique Qualité sensible
- Le moins de produits chimiques, minéraux, matières en suspension et substances radioactives possibles.
- Une valeur de pH légèrement acide.
- Une grande résistivité.
Le moins de bactéries, virus, parasites et spores de champignons possibles.

Aucun microbe pathogène, le b.a.-ba d'une eau potable.

- Clusters (groupes de molécules d'eau) les plus petits et les moins nombreux possible: surface interne plus grande, taille des gouttes plus petite.
- Le plus d'énergie et de forces de capillarité et de traction possibles.
- Une valeur de rH2 inférieure à 28 (eau réductrice)
- Le moins d'information extérieures négatives possibles (ondes électromagnétiques, paroles, images ou musique violente,...)
- Le plus d'information positive possible (amour, gratitude, musique classique, prière,...)


Nous pourrions aussi dire qu'une eau parfaite est une eau qui répond aux besoins de notre organisme de manière optimale. "Une eau très énergétique et composée de petits clusters s'écoule plus facilement, notamment dans les capillaires" précisent les auteurs Zerluth et Gienger, "Elle est plus efficace pour désintoxiquer le corps et transporter les nutriments: sa grande surface interne possède une capacité d'adsorption plus importante. Dans notre corps, elle s'écoule plus facilement, elle est douce et ronde; on est incité à en boire davantage. Une eau dotée de bonnes qualités physiques n'est pas encombrée par des informations nocives et peut maintenir les liquides corporels - sang, lymphe, etc. - dans un état colloïdal optimal."

 

 

L'eau colloïdale ?

 

Colloïde vient du grec kolla qui signifie colle (elle même colloïdale) et désigne un état de suspension d'une ou plusieurs substances, dispersées de manière uniforme et régulière dans une autre substance, formant de gigantesque complexes composés de milliers voire de milliards de particules insolubles, d'une taille variant entre 2 et 200 nanomètres.  Les particules colloïdales dégagent une charge électrique très puissante appelée potentiel Zêta et se repoussent mutuellement.

Les suspensions colloïdales sont ainsi un état intermédiaire entre les suspensions (mélange temporaire de différentes substances dont les particules ont une taille supérieure à 200 nm) et les solutions vraies (répartition homogène des particules de taille inférieure à 2 nm dans un solvant). "Dans les colloïdes, les substances dissoutes restent des éléments individuels parvenus à un équilibre idéal avec leur environnement." précisent les auteurs Zerluth et Gienger. La décantation d'une suspension colloïdale prendrait ainsi de 50 ans à deux siècles! La turbidité de l'eau est généralement causée par des matières en suspension et des particules colloïdales qui absorbent, diffusent et/ou réfléchissent la lumière.

Le Dr. Robert Otto Becker du Veteran’s Hospital de l’Etat de Upstate New York, farouche opposant des ondes électromagnétiques artificielles, affirme dans son livre The Body Electric que l’organisme est entièrement composé de colloïdes, que chaque cellule est un colloïde. "Le corps humain est un ordinateur colloïdal presque parfait. Les liquides du corps ont une nature essentiellement colloïdale" écrit-il. De fait, tous les liquides du corps (sang, lymphe, salive, etc.) sont des systèmes colloïdaux et seul cet état stabilisé est signe de bonne santé. Dans le sang par exemple, le sang sera visqueux si les globules rouges sont agglomérés; il sera sain si les globules rouges sont libres et séparés les uns des autres.

L'eau est elle-même un colloïde puisque nous avons vu que la molécule d'eau H2O s'associait à d'autres pour former des clusters, eux-mêmes baignant dans l'eau. Selon la définition courante, une eau dite colloïdale sera toutefois une eau chargée de colloïdes. De telles "eaux" se trouvent dans le commerce sous forme de compléments alimentaires renfermant oligo-éléments et acides aminés facilement assimilables... mais, vu leur coût, nous sortons clairement du domaine de l'eau de consommation courante.

"Notre corps ne peut survivre sans colloïdes ! La biologie moderne met en évidence que, pour être assimilés, les nutriments sont nécessairement transformés en particules colloïdales par l'organisme. Les minéraux ordinaires, trop grossiers pour être directement assimilables, subissent une transformation obligatoire en particules colloïdales par l'organisme" précisent les sites de vente de ces "eaux colloïdales". Ils ont en partie raison mais oublient opportunément de dire que c'est l'eau vivante - plutôt que leurs compléments alimentaires - qui assurera l'homéostasie colloïdale de l'organisme ainsi que la transformation et le transport des nutriments.

De fait, l'eau a avant tout pour fonction d'assurer la stabilité de l'état colloïdale des liquides organiques et c'est là que sa qualité fera la différence. "Une eau de grande qualité exempte d'information étrangères, avec clusters de petite taille, grande surface interne, gouttes de petites tailles, force de capillarité puissante, représente le meilleur moyen pour maintenir un état colloïdal stable dans les liquides de notre organisme. Pour cette raison, une bonne eau est la condition sine qua non de la réussite de nombreux processus de guérison." précisent les auteurs Zerluth et Gienger. Nul besoin de compléments alimentaires pour cela!

 

 

Vers l'eau parfaite chez soi


Nous voyons donc qu'il convient d'agir à la fois sur la pureté de l'eau et sur sa dynamisation: l'eau doit être aussi propre et vivante que possible!

 
VERS L'EAU "PARFAITE" Pollution Minéraux Etat Ecologisme Santé Coût Note
Eaux thermales à la source + à +++ ++ vivant +++ +(2) +++ +16
Eaux de source à la source - à +++ +++ vivant +++ + à +++ +++ +17
Filtre osmose + dynamisation (Mélusine ou Eauriginelle) +++ + à +++ vivant ++ +++ + +16
Eau revitalisée (GIE) ++ ++ vivant +++ +++ ++ +17

Côté pureté, les systèmes d'osmose inverse sont les plus performants puisqu'ils filtrent l'eau à 0,0001 microns. Tellement performants en fait qu'ils éliminent trop de choses et que certains considèrent que l'eau devient dès lors agressive (notamment pour la tuyauterie). D'autres auteurs notent toutefois que l'eau osmosée conserve une structure de base et est bénéfique à l'organisme. Quoi qu'il en soit, une telle eau devrait idéalement être restructurée et/ou reminéralisée afin de rétablir les paramètres organiques, ce que proposent les Fontaines Mélusine, Iona et Eauriginelle

Un autre procédé - de loin le plus technique - est celui proposé par le Revitaliseur GIE, au bénéfice de tous les robinets de la maison ou de l'appartement: des milliards de milliards de tourbillons - moulin colloïdal extrême -, brisent les clusters, restructurent l'eau et ses éventuels polluants, les rendant biocompatibles et effacent les informations étrangères. "L'énergie des tourbillons permet à l'eau de garder à disposition l'énergie nécessaire à sa régénération. [...] la dissolution des clusters permet d'augmenter considérablement la surface interne de l'eau" précisent les auteurs Zerluth et Gienger. L'eau redevient quasi équivalente à de l'eau de source, de l'eau au naturel.

Nous ne sommes pas encore à 20/20 mais nous nous en rapprochons. Soyons modestes en effet et n'oublions pas que la perfection reste l'apanage de la nature!

 

Sources (de données):
Wikipedia
Jacques Collin, L'Eau, le miracle oublié, Guy Trédaniel, 2011, p.85
Jacques Collin, L'insoutenable vérité de l'eau, Guy Tredaniel Editeur.
Richard Haas, L'eau selon la bioélectronique, Biocontact, Mars 2010, p.82
Patrice Stegmann, Quelle eau consommer?, Biocontact, Juin 2044, p.76
Roger Castell, La Bioélectronique Vincent, Editions Dangles, 2012
Josef Zerluth et Michael Gienger, L'eau et ses secrets, Editions Désiris, 2006, p.151, p.169
Richard Haas, Comment purifier et revitaliser votre eau de table, Editions Chariot d'Or, 2014
www.eautarcie.org
 

 

Pour en savoir plus...

           

 

 

EauNaturelle.ch, Centre Oasis, Les 8
26 rue de la Corraterie, 1204 Geneve, Suisse
Tél: 0848 320 888 / +41 22 320 8886 / eau[at]oasis-centre.ch

© Benoît Saint Girons - Tous droits réservés - Données indicatives non contractuelles et susceptibles de modifications