La purification et la ionisation de l'air

Purifier, assainir et ioniser l'air ?  Oui mais pas n'importe comment ! La plupart des solutions du gros commerce sont nocives pour la santé... alors autant opter pour le naturel!


NOUVEAU:
EOLIS AIR MANAGER
La filtration de l'air des professionnels !
 

Présentation Diffuseur HE (2'28)

Accéder directement à notre choix de vrais diffuseurs


Le Matin du 13 Février 2006 en parle...
 

La diffusion des HE     Les mauvaises solutions du "gros" commerce
Le principe des diffuseurs d'HE     La pollution des brûle-parfums
Les limites des ventilateurs / aérosols     ► Les manipulations des brumisateurs
Les vrais diffuseurs d'HE incontournables ?

 

Pourquoi la diffusion atmosphérique des huiles essentielles ?


Dès 1963, les travaux du Pr. Griffon ont mis en évidence que les huiles essentielles avaient, en diffusion atmosphérique, le pouvoir de détruire en 1/2 heure toutes les moisissures et tous les staphylocoques et de diviser par 50 le nombre de colonies microbiennes.

Dès 1964, le Dr Valnet rappelait que si l'on comptait 5 germes microbiens au mètre cube dans la forêt de Fontainebleau , il y en avait 20 000 dans un appartement parisien, neuf millions au salon de l'auto et sans doute beaucoup plus encore dans un hôpital.  Et ces chiffres remontent à plus de 40 ans!

Qu'au XXIème siècle les huiles essentielles ne soient toujours pas diffusés régulièrement dans les hôpitaux afin de limiter les risques de maladies nosocomiales demeure l'un des grands scandales de la médecine moderne!

Quoi qu'il en soit, nous qui avons la chance de ne pas séjourner en hôpital n'en sommes pas moins confrontés à la pollution atmosphérique, y compris dans nos intérieurs!  Voir La pollution intérieure

Dès 2002, le magazine Que Choisir alertait ainsi les Français: « Trois logements sur quatre pollués par des substances chimiques! » En cause, le radon, les revêtements de sol, les peintures mais aussi les meubles en aggloméré ou les parfums d’ambiance chimiques… Selon une étude de Greenpeace, chaque gramme de poussière contiendrait en moyenne un milligramme d’un cocktail de molécules de plus de cinq familles chimiques... « Entre douze et quinze heures par jour, nous respirons un air bien plus pollué que celui de nos rues. Et ça se passe chez nous, à la maison ! […] Dans un logement sur deux, le taux de poussières fines (venues entre autres des sols plastique) est supérieur au maximum acceptable pour l’air extérieur. […] Les fabricants de meubles […] pourraient être obligés d’afficher les niveaux d’émission de leurs bois contreplaqués et agglomérés. » précisait le magazine Capital de Février 2007.

A défaut de déménager ou de remplacer tous ses meubles par du bois massif, la solution s'appelle donc bien souvent  "Huiles essentielle"!

 

 

Pourquoi pas les solutions du "gros" commerce ?

    

Le magazine "Que Choisir" du mois de décembre 2004 a fait analyser 35 désodorisants d'intérieur. Le journal "Matin" du 24 novembre 2004 relate les conclusions des tests : "DANGER La plupart des produits censés purifier l'air dégagent des substances cancérigènes et allergènes. Les produits naturels comme l'encens posent le même problème"  C'est le cas également des bougies et du papier d'Arménie...

"Tous ces produits mettent la santé des familles en danger" dénonce Que Choisir. "Les désodorants d'intérieur promettent de purifier l'air de nos logements. Ce n'est qu'une illusion!"

En 2006, une étude portant sur 4'200 personnes de 10 pays démontrait, après un suivi de 9 ans, que le risque d'asthme augmentait avec l'utilisation des produits ménagers, au premier rang desquels les désodorants d'atmosphère: "Le risque d'asthme est de 40% supérieur pour les personnes qui les utilisent une à trois fois par semaine" précisait l'auteur.

Rebelote avec de nouveaux tests en septembre 2008 et toujours des titres sans ambiguïté: "Parfums toxiques" ou "Oubliez-les!" : "Si les industriels ont progressé depuis nos précédentes analyses, il reste beaucoup à faire pour que les désodorisants deviennent des produits recommandables [...] Notre conclusion demeure identique: éliminez les désodorisants d'intérieur. C'est la meilleure façon de respirer un air sain chez soi. Les fabricants le savent puisqu'ils donnent des conseils surréalistes. Les mentions « Bien ventiler après usage », « Ne pas respirer les aérosols »  , « Utiliser seulement dans des zones bien ventilées » , figurent sur de nombreux emballages."

"Ne vous fiez pas aux publicités alléchantes: tous les désodorisants testés, ou presque, contiennent des substances nocives pour la santé."

L'aromathérapie aux huiles essentielles, pour autant qu'elle soit correctement utilisée, ne présente pas ce type de risque et offre, avec la diffusion atmosphérique, le meilleur moyen pour assainir l'air et bénéficier des vertus thérapeutiques des plantes.

 


 

Quel est le principe des diffuseurs d'huiles essentielles ?

 

         


Il s'agit déjà d'une diffusion à froid ou, plus exactement, à température ambiante. Les vertus des huiles sont donc préservées. Mais l'intérêt réside surtout dans le procédé de diffusion: un moteur électrique actionne une pompe qui pulse de l'air dans le nébuliseur où se trouve les huiles. Ces dernières sont alors brisées en milliards de microparticules et projetées dans l'atmosphère. Il existe plusieurs types de diffuseurs mais le principe reste le même. La différence se fera au niveau de la puissance du moteur et de la qualité de la verrerie.

Les microparticules vont se maintenir en suspension et se répandre dans l'atmosphère. Et elles y resteront longtemps après la diffusion: 50% des microparticules sont encore présentes 24 heures après la diffusion pour les modèles les plus performants!  C'est pour cela qu'il est inutile de sursaturer les pièces en diffusant sans arrêt. Même si nous ne les sentons plus, les microparticules sont là et, comme nous respirons en permanence, nous bénéficieront de leurs vertus en continu.

La purification s'accompagne en outre d'un effet de ionisation puisque les microparticules d'HE sont chargées d'ions négatifs. Selon la loi de BRICARD énoncée dans les années 1950 par le physicien français J. BRICARD, les micro polluants en suspension dans l'air sont chargés d'ions positifs et sont éliminés lorsqu'ils acquièrent une charge négative. Un air sain possèdera donc une forte majorité d'ions négatifs. Au pied des cascades, le nombre d'ions négatifs par cm3 dans l'air est de 50 000. Le taux tombe à 200 en ville, à 20 dans un bureau, à 14 en voiture et à rien du tout avec un air conditionné!  Or le seuil d'équilibre pour une bonne santé est estimé à 1.500 ions négatifs / cm3 


La teneur en ions négatifs (anions) dans l'air

Au pied d'une cascade 50 000 ions négatifs / cm3 Sentiment de légèreté, de bien-être, de vitalité...
via notamment la production de sérotonine au niveau du système nerveux, une hormone qui entraîne une sensation de détente et est ainsi parfois appelée
"l'hormone du bonheur". Autres bénéfices: la fluidification du sang, la régulation de la tension artérielle et le renforcement des systèmes immunitaire, musculaire et hormonal...
Montagne 8 000 à
12 000
Bord de la mer 4 000
Forêt 3 000
Après un orage 1 500 à
4 000
Campagne 500 à 1 200 Le seuil d'équilibre est de 1 500 / cm3
Ville 20 à 500 Irritabilité, nausées, maux de tête, asthme, allergies, fatigue, tristesse, mal-être, dépression...
Appartement, Bureau 10 à 50
Voiture 14
Climatisation 0


Comment limiter les ions positifs stressant et regagner des anions ?  Outre un travail en amont en supprimant la climatisation et en limitant les appareils électriques et les sources de pollutions, voici quelques conseils de bon sens:

  • Aérer régulièrement ses pièces.

  • Faire la chasse à la poussière.

  • Humidifier suffisamment (hygrométrie supérieure à 60%)

  • Ne pas trop chauffer (18°C est le maximum recommandé pour les pièces à vivre)

  • Installer une petite fontaine sur son bureau.

  • Boire une eau réductrice c'est-à-dire riche en électrons (ce qui exclut les eaux du robinet chlorées...). Voir la notion de rH2 en Bioélectronique de Vincent.

  • Equiper sa salle de bain d'une douche géothermale productrice d'ions négatifs.

  • S'entourer des meilleures plantes dépolluantes, émettrices d'ions négatifs, voir la section Solutions.

  • Et bien sûr investir dans un diffuseur d'huiles essentielles performant!

 

 

 

La pollution des "brûle-parfums" ?

           

Le diffuseur électrique est la seule méthode qui, à la fois, respecte les huiles essentielles (HE) et les diffuse correctement.  Tous les diffuseurs avec bougie ou source de chaleur brûlent plus ou moins les huiles et, se faisant, détruisent les principes actifs. On les appelle à juste titre des "brûle-parfums".

Le fait que les huiles soient versées dans une coupelle d'eau ne change rien à l'affaire. Les vertus sont nulles et la diffusion faible. Reste le côté lumineux et chaleureux de l'affaire...

Pire, si l'on en croit le magazine Que Choisir, brûler des huiles essentielles dégage des substances polluantes: COV, formaldéhyde, benzène, acétaldéhyde, toluène,...  "Il est probable que le formaldéhyde, le benzène et le toluène proviennent des réactions entre la flamme et les huiles. Mais les deux étant fatalement associées, il s'agit du cocktail que respirent les occupants de la pièce, bel et bien mauvais pour la santé"

Fatalement associé ?  Nous regrettons une nouvelle fois que le magazine n'ait pas eu connaissance des diffuseurs électriques, pourtant de plus en plus utilisés...  Peut-être dans un prochain numéro ?

Les ronds en terre cuite à poser sur une ampoule sont une autre variante insatisfaisante, ne serait-ce que parce que les ampoule électrique à incandescence devraient bientôt être interdites (90% de l'énergie est gaspillée en chaleur plutôt qu'en lumière).

Un peu mieux mais toujours pas spectaculaire: le diffuseur Santessence de Dr. Valnet. En fait, il n'est pas sûr du tout que le Dr. Valnet aurait approuvé cet appareil. En effet, en dépit de la promesse du fabricant d'une chaleur modérée qui préserverait la qualité des HE et offrirait une purification de l'atmosphère, il ne s'agit pas à proprement parler d'aromathérapie puisque les molécules aromatiques se diffusent mal et ne pénètrent pas dans l'organisme.  Reste la beauté de la porcelaine anglaise...


 

 

Les limites des ventilateurs / aérosols

     

 

Les diffuseurs à froid avec ventilateur offrent un intérêt pour créer une atmosphère olfactive dans de petites pièces.  Le principe est très simple et silencieux: on verse quelques gouttes sur un coton et le ventilateur diffuse les parfums. Ici, les vertus sont préservées mais les molécules ne sont pas brisées et la diffusion est donc superficielle. On ne peut donc pas parler de diffusion atmosphérique.

Les aérosols, comme leur nom l'indique, diffusent des solutions qui vont rapidement de l'air vers le sol. Les gouttes sont trop grosses pour rester en suspension ou se diffuser correctement dans l'atmosphère. Reste qu'il s'agit de la meilleure solution pour masquer rapidement une odeur (cabinet de toilette, cuisine,...) et remplacer les désodorisants chimiques du grand commerce.

Voir nos modèles dans la section "Désodoriser"

 

 

Les manipulations des brumisateurs

         

 

Ces objets semblent pratiques avec leur promesse de "tout en un": diffuseur, brumisateur et ionisateur plus de jolis couleurs d'ambiance!

Difficile toutefois d'assurer correctement chacune de ces fonctions avec un si petit débit! Verser des huiles essentielles dans un volume d'eau (rappelons que les huiles ne sont pas solubles dans l'eau!) créera une atmosphère olfactive mais en aucun cas une aromathérapie au sens thérapeutique du terme. La ionisation ne sera pas non plus assurée de manière optimale. Quant à l'humidification de l'atmosphère, si importante en hivers avec le sur-chauffage des pièces, le besoin pour un appartement est de plusieurs litres par jour!  Mieux vaut donc opter pour un appareil dédié avec réservoir adéquat. En définitif, ces objets pourront servir dans une petite pièce ou sur une table de nuit mais ne sauraient remplacer les diffuseurs électriques avec verrerie.

Vous faire croire qu'il s'agit là d'une vraie diffusion est un mensonge!  Malheureusement, les vrais diffuseurs tendent à disparaître au profit de ce type de modèles, vendus par des commerces qui n'y connaissent pas grand chose et, souvent, ne veulent surtout pas savoir!  Plus grave, des auteurs - Danièle Festy, pharmacienne par exemple - ne connaissent que ce type de modèle et suggèrent ainsi de diffuser de la menthe poivrée durant une heure trois fois par jour! Une aberration - très dangereuse - pour qui utiliserait un VRAI diffuseur...

Voir nos modèles dans la section "Désodoriser"

 

 

Les diffuseurs sont donc incontournables ?


Tout dépend de ses besoins! 

Si l'objectif est de purifier un appartement, une maison, des bureaux, un cabinet de thérapies ou un commerce en profondeur, alors oui, les diffuseurs électriques avec verrerie sont les meilleurs solutions naturelles!

Par contre, si l'objectif est de masquer ponctuellement les mauvaises odeurs ou diffuser en continue un parfum d'ambiance naturel et subtil, les autres solutions pourront être plus appropriées, la raison pour laquelle nous les proposons aussi.

N'oublions pas non plus que les diffuseurs les plus efficaces sont trop puissants pour être diffusés en permanence et parfois trop bruyants pour une utilisation universelle.

De fait, pour un usage professionnel (hôtels, hôpitaux, maison de retraite, crèches, cabinet dentaire ou médical) ou sans stress en continu, la filtration de l'air EOLIS Air Manager est une alternative à considérer... pour un coût toutefois nettement plus conséquent !

 


 

Air-pur.ch, Centre Oasis, Les 8
26 rue de la Corraterie, 1204 Geneve, Suisse
Tél: 0848 320 888 / +41 22 320 8886 / air[at]oasis-centre.ch

© Oasis Centre Sarl / Benoît Saint Girons - Tous droits réservés - Données indicatives non contractuelles et susceptibles de modifications